L’écologie, le futur du rhum? (Part. 2)

English version

Il y a quelques semaines de ça, je vous parlais des efforts en terme d’écologie et d’énergie renouvelable, mis en place par le groupe La Martiniquaise sur ces sites de productions. D’autres distilleries et marques en font bien évidemment de même et nous allons en reparler dans un instant. 

Je dois cependant commencer cet article par un Erratum:

Dans mon article précédent, j’indiquais que la distillerie Saint James n’utilisait plus aucun pesticide durant le cycle de production de la canne à sucre et que les fertilisants étaient tous issus de compost interne à la distillerie.
Suite à une remarque de mon confrère du blog durhum.com , qui m’expliquait que ces propos n’étaient pas tout à fait correctes, j’ai approfondi mes recherches et multiplié mes sources. À la base, je m’étais basé sur les informations contenu sur le site internet officiel de la marque Saint James, qui stipulait en mon sens. 

Cependant, après vérification au cours d’une discussion avec Marc Sassier (Oenologue de la distillerie), il s’avère que ces informations étaient fausses et qu’en réalité Saint James utilise seulement les pesticides autorisés, pour assurer un rendement suffisant en canne à sucre, mais qu’ils n’utilisent cependant aucun fongicide, ni insecticide pour encourager la lutte pour le « bio » depuis les années 70 sur toute l’île de la Martinique et qu’un traitement herbicide est également appliqué (maximum 4 fois dans l’année), mais rassurez-vous, aucun pendant les 6 mois précédent la coupe de la canne. 

Vocabulaire : 
Pesticide : substance chimique utilisée pour lutter contre des organismes considérés comme nuisibles. C’est un terme générique qui rassemble les insecticides, les fongicides, les herbicides, les parasiticides.
Fongicide : qui détruit les champignons parasites.
Insecticide : qui tue, détruit les insectes.
Herbicide : qui détruit les mauvaises herbes.

Nous avons également pu obtenir quelques clichés du méthaniseur installé sur le site de Sainte-Marie. 

DSCN0259

DSCN0262

Un cas portoricain. 

Je disais plus haut que d’autres distilleries faisaient bien évidemment aussi des efforts pour la protection de l’environnement et un exemple flagrant serait la distillerie Serralés, productrice de la célèbre marque Don Q

don-q-lineup

Pionniers dans le domaine de l’écologie dans les distilleries, la marque a investit depuis plusieurs années sur le recyclage des déchets de production et la création d’énergies renouvelables. 

La première étape de leur process est au niveau de la fermentation de leur mélasse. Le CO² dégagé du process de fermentation n’est pas relâché dans l’air comme c’est le cas dans les cuves de fermentation ouvertes, mais celui-ci est récolté pour être fourni à des producteurs de boissons pétillantes locaux pour produire des limonades. 

water_rec_facility

Ici, comme dans les exemples de notre article précédent, un méthaniseur se charge de traiter les vinasses issues de la distillation, pour en créer du biogaz pour alimenter les chaudières de la distillerie. La vapeur de ces chaudières servira bien évidemment à fabriquer de l’alcool, mais également à la création d’électricité pour alimenter les locaux en énergie et ainsi réduire l’utilisation d’électricité venue d’ailleurs. 

Finalement, boues restantes, suite à la méthanisation, sont filtrées et ensuite décomposées en deux parties:

  • Tout d’abord les parties solides, qui deviendront du compost et serviront ensuite de fertilisant naturel dans les champs de canne à sucre. 
  • La partie liquide, elle, sera mise en fermentation aérée, puis microfiltrée. Il en résulte de l’eau qui sera ensuite utilisée sur tout le site de la distillerie Serrallès pour le nettoyage du matériel industriel, l’alimentation des circuits de refroidissement ou encore l’évacuation des toilettes. 

Don-Q
Toutes ces mesures mises en place par Don Q ont non seulement values à la marque le « GREEN AWARD 2017 » du magazine The drinks business, mais permettent ainsi aussi de protéger la faune et la flore sur les côtes de l’île, ainsi que dans l’océan. 

Capture d_écran 2018-02-25 à 08.57.37
La « Surfrider Foundation », qui a comme mission principale de protéger les côtes et les océans ainsi que ses usagers contre toute sorte de pollution, soutien les efforts de la distillerie Serrallès qui est aujourd’hui un partenaire de la fondation. 

https://www.youtube.com/watch?v=DE4pSmCEaGs

Advertisements

2 thoughts on “L’écologie, le futur du rhum? (Part. 2)

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s